Hacked by Ulzr1z

Origine du projet

Répondre aux enjeux régionaux : Soutenu depuis 2003 par AIVP, et créé en 2009, l’Observatoire Villes Ports de l’Océan Indien a pour objectif principal de permettre la consolidation à l’échelle régionale d’une stratégie locale des projets de développement des villes portuaires et des ports. Outre la structuration de l’échange et le partage des connaissances, l’Observatoire souhaite contribuer à la formalisation d’une identité régionale. Au delà de la démarche durable, il apparaît important de créer les conditions permettant de réfléchir voire d’inventer, puisque les spécificités de la zone Océan Indien ne lui permettent pas d’appliquer les modèles de développement existants. L’observatoire fédère des ports, villes, entreprises ou organismes publics, unis par la même volonté : améliorer le dialogue entre les villes et les ports, favoriser les échanges d'expériences entre places portuaires, et échanger les savoirs pour mieux progresser. Il réunit actuellement des personnes morales provenant d’Afrique du Sud, des Comores, de l’île Maurice, du Kenya, de Madagascar et de La Réunion et poursuit son développement ….

UN OBSERVATOIRE RÉGIONAL AU SERVICE DES PORTS ET DES VILLES PORTUAIRES



L’ÉMERGENCE DU PROJET DEPUIS 2003
En Novembre 2003, la ville de Le Port (La Réunion) a accueilli les « Rencontres de l’AIVP ».
Ce séminaire international spécialisé regroupait plus de 25 pays, dont 14 d’Afrique et 5 de la zone Océan Indien, et avait pour thème : « L’océan Indien, ses villes et ses ports à l’heure de la globalisation ».
Lors de ses conclusions il a été formulé le besoin de disposer dans l’Océan Indien d’une structure permanente, permettant de :
-  Fédérer les villes portuaires et les ports,
-  Structurer leur collaboration à l’échelle régionale,
-  Développer une réflexion sur les thématiques de développement propres à l’Océan Indien afin que puissent émerger des stratégies permettant aux peuples de la zone d’accéder (dans tous les domaines) à un meilleur niveau de vie.

Par suite, en 2005, la « Charte Fondatrice » de l’Observatoire Villes et Ports de l’Océan Indien a été rédigée et ratifiée par les maires des villes portuaires fondatrices : Durban (Afrique du Sud), Tamatave (Madagascar), Le Port (La Réunion), sous l’égide de l’AIVP et en partenariat avec un observateur impliqué représentant la ville de Port-Louis (île Maurice).
L’année suivante, en 2006, lors de la conférence internationale bisannuelle de l’AIVP, tenue à Sydney, la ville du Port, représentée par son maire, Jean-Yves Langenier, également administrateur de l’AIVP, a pu présenter formellement ce projet de création d’un Observatoire Villes-Ports pour la zone indo-océanique.
Enfin, l’année 2009 a permis la mise en œuvre de la phase pré-opérationnelle, grâce au démarrage d’une mission de 9 mois, permettant la formalisation effective du projet.
Le 15 Octobre 2009 est officiellement créé l’association type loi 1901, nommée : « Observatoire Villes Ports Océan Indien » avec pour sigle OVPOI.
L’année 2010 est l’année de lancement de l’Observatoire Villes Ports Océan Indien, année de démarrage de son programme d’action.



UN PROJET RÉGIONAL SOUS L’EGIDE D’UNE ASSOCIATION MÈRE : L’AIVP


La force de l’’Observatoire Villes Ports Océan Indien auprès de l’AIVP :
Depuis 2003, l’AIVP est impliquée très directement dans la mise en œuvre de l’Observatoire Villes Ports Océan Indien et participe à sa gestion en siégeant à son Conseil d’Administration. Son accompagnement technique permet également un apport d’expertise internationale issu de ses 20 années d’existence, un partage de son réseau d’experts internationaux regroupant plus de 200 membres, et une mutualisation de ses ressources.

L’AIVP, le réseau mondial des villes portuaires :
L’AIVP a été fondée en France dans la ville portuaire du Havre en 1988. L’association réunit aujourd’hui près de 200 ports, villes, entreprises ou organismes publics, et son réseau international couvre 35 pays. Dans un monde de plus en plus globalisé, vivre ensemble, port et ville, s’avère être le plus sûr moyen de mettre en œuvre de nouvelles stratégies adaptées tant aux exigences légitimes des populations en terme de qualité de vie et de retour vers les "fronts d’eau" qu’aux besoins, non moins légitimes du port en terme de compétitivité économique. En cherchant à harmoniser les politiques de développement du port avec celles de la ville, la notion de place portuaire prend ainsi tout son sens.

Aujourd’hui, de très nombreuses villes portuaires dans le monde entier ont réinvestit d’anciens quais ou docks par du redéveloppement urbain de qualité.
Demain, pour répondre aux nécessités du commerce international et savoir saisir les opportunités de la globalisation, port et ville devront apprendre à élaborer conjointement des scénarios de ville portuaire encore largement à inventer. De limite, l’interface ville-port deviendra lieu d’innovation pour engager de nouveaux partenariats productifs.

Pour répondre à sa mission de diffusion des connaissances sur les villes portuaires et d’échanges d’expériences, l’AIVP dispose d’un centre de ressources documentaires et organise régulièrement des colloques et séminaires internationaux qui se sont imposés au fil des années comme une référence mondiale. En participant à la publication et à la diffusion de guides des bonnes pratiques sur les espaces d’interface ville-port, l’AIVP entend inciter encore davantage les acteurs des villes portuaires au dialogue ville-port, plus que jamais indispensable pour l’avenir de chaque place.



L’UTILITÉ DE STRUCTURER LE RÉSEAU DES PORTS ET DES VILLES PORTUAIRES DE L’OCEAN INDIEN


L’océan Indien se caractérise par sa très grande variété dans les niveaux de développement économique des pays qui le bordent. Parallèlement, son aire géographique est au cœur du processus physique de mondialisation en cours, qui se traduit surtout dans les systèmes économiques. Par conséquent, cette nouvelle distribution pourrait engendrer, à terme, à travers le bassin indo-océanique, l’apparition de nouveaux circuits d’échanges, tant matériels qu’immatériels. Aussi, face à de tels enjeux, les villes portuaires et les ports de la zone Océan Indien ont, aujourd’hui et maintenant, un rôle spécifique à tenir.

En effet, l’ensemble « ports et villes portuaires » demeure une place ouverte sur le monde. C’est une porte d’entrée pour les idées, le commerce, les échanges et pour la mixité sociale et culturelle. Ensemble, les villes portuaires et les ports, ont les atouts nécessaires pour être des postes avancés d’une réflexion privilégiée reliant les potentialités de leur territoire et les potentialités du bassin indo-océanique. Ils formalisent un mode de développement, support d’une vision conjointe d’interface entre le local et le global.
Pour cela, il importe d’encourager le dialogue entre les ports, les villes portuaires et leurs partenaires institutionnels et économiques ; de multiplier et diversifier les contacts ; de favoriser les échanges d’expériences et de savoirs faire, afin de contribuer localement à l’amélioration du développement des villes portuaires et des ports, et globalement, de participer à une évolution structurée et cohérente de la zone Océan Indien.

POUR QUE LE 21eme SIÈCLE SOIT CELUI DE L’OCÉAN INDIEN

- Il faut permettre la consolidation à l’échelle régionale d’une stratégie locale, car les projets de développement des villes portuaires et des ports ont besoin de s’inscrire dans une cohérence globale, assurant leur pérennisation et une protection des spécificités.
- Il faut structurer l’échange et le partage de connaissance des activités et des projets des villes et des ports de la zone Océan Indien pour permettre aux décideurs d’améliorer les choix d’investissement et les décisions d’aménagement.
- Il faut contribuer à la formalisation d’une identité régionale, base structurante de développement, dans une zone Océan Indien, gardienne d’un patrimoine physique et immatériel, issue d’une histoire de peuplement spécifique.
- Il faut ancrer les projets de la zone Océan Indien dans une démarche durable pour notamment protéger ses ressources halieutiques, pour veiller aux retombées économiques et sociales locales, et pour accompagner un équilibre des forces économiques de développement.
- Il faut créer les conditions permettant de réfléchir et d’inventer, car les spécificités de la zone Océan Indien ne lui permettent pas d’appliquer les modèles de développement existants. Ses villes portuaires et ses ports se doivent d’être novateurs, proactifs et solidaires dans un modèle de codéveloppement sans nier leur compétition.

NEWS.AIVP

Pour être durables ports et villes doivent croitre de manière intégrée et concertée en associant acteurs publics et privés.

lundi 17 juillet 2017

Lire la suite (site aivp.org/members)

Sri Lanka : le cabinet d'architectes SOM lauréat du concours pour Colombo Port City

mercredi 7 juin 2017

Lire la suite (site aivp.org/members)

La Municipalité de Melbourne valide le redéveloppement de West Melbourne Waterfront

lundi 5 juin 2017

Lire la suite (site aivp.org/members)